Il existe une offre d'équipement de chauffage au bois déchiqueté produisant de l'air chaud pulsé sans passer par la production d'eau chaude. Ces équipements existent dans une gamme de puissance très large démarrant à 30 kW jusqu'à plusieurs MW et doivent être étudiés pour les projets nécessitant de l'air chaud : soit pour sécher fourrages ou céréales, soit pour chauffer de grands volumes (bâtiments d'élevage de volailles, serres…)

Du côté des atouts de ce système :

  • un prix nettement plus faible que la chaudière à eau chaude de même puissance (de l'ordre de 3 à 5 fois moins chers selon les puissances)
  • une bonne mobilité / facilité d'installation de l'équipement. Seul un raccordement électrique et de la gaine de soufflage est nécessaire. On peut par exemple poser le générateur sur un chariot pour le déplacer selon les besoins.

En revanche du côté des points à surveiller :

  • les fabricants donnent des rendements de combustion qui ne tiennent pas compte des déperditions de la chaudière elle-même. Il semble, jusqu'à preuve du contraire, que les rendements sont globalement moins bons que sur une chaudière à eau chaude. Cela entraîne une surconsommation de bois et également plus d'émissions de polluants dans l'atmosphère. (Cf. étude ADEME). Cependant il existe des dispositifs de filtration qui génèrent des surcoûts raisonnables.
  • le manque de visibilité sur les rendements et les émissions a conduit l'ADEME et la Région à ne pas subventionner ce type d'équipement pour l'instant en Bretagne. Toutefois des financements sont possibles par le PPE (plan de performance énergétique).

Pour plus d'informations, une visite est prévue par le SEGRAFO au GAEC du p'tit bois le 4 décembre à Meillac (35) : visite d’une chaudière Villoria Otero 480 kW sur un séchoir de 400 tonnes de fourrage.
Il existe également un retour d'expérience en région Pays de la Loire où 3 générateurs biomasse de marque Mabre (2 générateurs de 720kW et 1 de 1 MW) ont été posés, en partenariat avec Agri Consult, sur des séchoirs à maïs de 400 tonnes et 1000 tonnes par an.